Qui suis-je ?

Influences

Première œuvre  publique   à  5  ans:  Tortue habillée  s’en  allant   au marché  -  époque  Jean de Brunhoff. Mes parents étaient très fiers de mes dispositions. Fresque du couloir de l’ancienne École Maternelle de Roscoff, rue Brizeux, à Roscoff.

J’apprends à lire avec la méthode Tintin. Merci Hergé.

La faune et la flore.

Vers 6 ans, je mets en couleurs la Clef de détermination d’ornithologie de 1912 (pavé de milliers de  planches)  pour la  Station Biologique  de  Roscoff,  qui  m’avait  permis  d’étudier  de  près   les planches  de  Mathurin Méheut.

Suivent  quelques  Expressions libres sur papier peint (collections  privées).

Révélations

Vers 8 ans,  j’entre dans  l’atelier du peintre  Jean-Claude Hélou, qui se situe entre mon immeuble et l’épicerie où j’achète mes bonbons. J’admire son portrait de Sheila en écossaise, notamment, qui me marque à tout jamais. Mes grands-parents acquièrent un de ses réalistes Homard mayonnaise sur un plat en inox (huile 58 X 43cm) dont j’ai eu la chance d’hériter.

Vers  12 ans,  période  Toulouse-Lautrec:   scènes  de danseuses   tapinant   sur   les  boulevards, peintes sur les torchons de la cuisine tendus avec des punaises sur la porte, toujours au couteau (de cuisine).

Entraînée par une bande de malappris,  je joue aux fléchettes à l’arrière des fresques de Kerga. Aujourd’hui restaurées, Grande salle du Gulf Stream, Station Biologique de Roscoff.

A 17 ans, je tourne vraiment mal (École des Beaux-Arts de Brest). Mes parents émettent des doutes quant aux influences artistiques dans leur projet éducatif. Je n’y écoute qu’un seul professeur, Jean-Pierre Auclair, qui a des doutes sur ma peinture.

Le début du métier

De 1989 à 2011, j’enseigne aux  Arts-Disants  et dans d’autres ateliers  associatifs  de  la  région bordelaise. Je me fais une renommée assez facile en peignant sur le thème du vin (peinture à l’huile alimentaire). Il n’en reste que 2 toiles dans le magasin d’antiquités Les Trésors de l’Orient-Express à Saint-Pol-de-Léon.

2001 : je reviens à mon célèbre village breton résistant à l’envahisseur conceptuel.
Écologie et récupe. Comme Idéfix hurle à la mort lorsqu’on abat un arbre, je ne supporte pas qu’on jette autant de papier  (ce   qui  détruit   les   arbres…);   je  stocke  des  bouts  de   papier   et   autres immondices dans des boîtes-à-machins,   ils me servent de matériaux.  Passage de  l’huile à  l’eau. J’interviens dans différentes associations artistiques du Pays de Morlaix.

L’Art-Comptant-pour-rien

Dès  les années  2000,   j’ai   le privilège de bénéficier successivement des bases intellectuelles essentielles et formatrices du Discours  au CAPC, Centre du Monde, Bordeaux, ainsi que de la Pensée structurale post-postmoderniste à Panthéon-Sorbonne. Je m’émancipe aux Ateliers de l’Art Cru  (Bordeaux).

Roscoff

Encore et  toujours !  Sur   le  lieu  fondateur  même,   j’accumule  croquis,  dessins,  peintures,  assemblages,  dans   l’espoir  d’en  faire une ŒUVRE. Je peaufine avec un certificat de dessinateur-illustrateur par l’École Lignes & Formations, Paris.

Illustration professionnelle:

  •  Affiches, supports de communicatiojn pour des municipalités, des entreprises…
  • Actions culturelles ou stages
  • Micro-édition Petitbourdon: cahier créatif Vacances à Roscoff, et cartes postales
  • Œuvres originales minuscules pour mon stand  lors de journées d’exposition, Concepts d’objets liés à l’écrit…